Quand le Mini Bn est né, Monsieur B; était gaga. Il se levait la nuit, le changeait, lui donnait le biberon ; il faisait des recherches sur internet pour s’informer, pour être un bon papa.

Et puis le Mini Bn n’a plus été un tout petit bébé, son caractère à commencé à s’affirmer, il était moins facile à gérer, à comprendre et Monsieur B., il à un peu laissé tomber.

 

père et fils relation père fils

 

Ça s’est fait petit à petit, sans qu’il s’en rendre vraiment compte. Il a commencé à moins s’en occuper, jusqu’à ce que ça soit plus du tout; à moins que je le lui demande … Il le regardait et jouait avec lui quand lui en avait envie, quelques minutes tout au plus.

Pas de bain, peu de jeu, pas de change, pas de biberons ou de repas donnés, pas d’histoires ; pas de moments complices … pas le temps, pas la patience.

Combien de fois mon cœur s’est serré quand je voyait mon bébé essayer d’attirer l’attention de son papa sans succès; combien de fois il s’est serré en le voyant se faire gronder pour des raisons injustifiées.

Et puis Monsieur B. à commencé à le payer … sans comprendre ce qu’il se passait.

Le MiniBN l’a rejeté. Il ne voulait plus de ses bisous, pas de ses histoires, pas de ses biberons, pas de ses regards. Les laisser ensemble deux minutes signifiait cris et pleurs.

Oui, parce que Monsieur B. il avait de la peine ; et moi aussi, parce que je sais que son bouchon, il l’aime. Mais comment lui faire comprendre, alors qu’il n’était pas conscient de tout ça ? Comment lui faire comprendre qu’il devenait comme ce papa, ce mari, que nous critiquions quand nous n’avions pas d’enfants ?

Nous avons discuté, nous nous sommes disputé et l’incompréhension subsistait. Nous n’avions pas la même vision des choses, pas la même vision de notre fils … Cette situation me causait beaucoup de peine, et je n’arrivais plus à supporter son comportement  et le fait qu’il ne prennent aucune initiative.

Et puis il a eu son accident de scooter.

Les premiers temps à la maison n’ont pas été très différents … mais il avait l’excuse d’être handicapé. Le Mini BN, n’était pas très chaud non plus pour cette cohabitation à trois et je voyais bien qu’il se demandait quand est-ce qu’il partirait.

Et puis les semaines ont passées et ils ont appris à se connaitre ; comme on à appris à se connaitre, lui et moi, dans ses premiers jours de vie.

J’ai vu le regard de mon mari changer ; j’ai vu ses yeux briller  et cet air ahuri que j’ai aussi parfois en le regardant. Le Mini Bn aussi à découvert ce que c’était un papa et il ne râle plus quand il revient de chez le kiné, il est content de jouer avec lui, il accepte même une fois sur trois les biberons qu’il lui prépare … et même si tout n’est pas parfait, ils ont enfin réussi à tisser des liens.

J’espère maintenant qu’il n’y aura pas de retour en arrière quand Monsieur B. reprendra le boulot. Parce que même s’il aime son fils, il à encore besoin de monter son level patience, sa compétence “sacrifice et don de soi” et les métiers nounou/cuistot/technicien de surface.

Et vous, comment se passent les relations père/enfants ? En tout objectivité, bien sur.

Comments

commentez