J’ai hésité à le nommer “Les conseils de Mamie Marie”; parce que cela pourrait devenir une suite de billets.

Ma grand-mère paternelle s’est mariée à 16 ans, par choix. Mais elle s’est battue et s’est fait battre (d’ailleurs) pour épouser mon grand-père; car elle était “destinée” à un voisin italien (nous sommes à Tunis, il y a longtemps, dans une famille sicilienne).

Une fois son beau Français épousé, ils ont eu 6 beaux enfants et c’est des fausses couches consécutives qui ont mis fin au projet d’avoir une famille très très nombreuse. A 24 ans, ma grand-mère était donc l’heureuse mère de 6 enfants.

Voilà pour la mise en situation.

 

mamie- conseils-wow

 

Quand on était petites, et en vacances chez elle, nous pouvions parler pendant des heures ! Ce qui n’était pas difficile, parce qu’on ne sortait pas beaucoup et qu’elle parlait pour trois.

Et ce qu’elle aimait par dessus tout, c’était nous donner des conseils : comment élever ses enfants, comment devenir une bonne cuisinière, comment être une bonne épouse, comment gérer son budget. Et on l’écoutait avec grand intérêt.

Là où ça à commencé à se gâter, c’est quand elle nous à trouvé assez grande pour nous donner des conseils pour garder son mari; si tu vois ce que je veux dire. J’en ai encore les oreilles qui saignent.

– On tient un homme par le ventre et le bas ventre;
– Si un homme n’a pas tant de rapport par mois il peut tomber malade.

Même nous on savait qu’elle s’était faite avoir.

 

mamie-sophia-petrillo-conseils-web-2-newzitiv

 

Quoi qu’il en soit, je l’admirais, et l’admire encore plus maintenant que je suis maman. Parce que Mamie Marie, semblant de rien, elle pouvait sortir seule avec 6 enfants (qui avaient tous un ou deux ans d’écarts) et avec ses presque 10 petits enfants, sans qu’il y en ai un qui bronche.

D’ailleurs, super Nanny, elle n’a rien inventé. Le coup du “je te regarde bien en face avec les lunettes baissées”, c’est du Mamie Marie.

C’est aussi elle qui nous à fait notre trousseau, pour quand nous serions des femmes mariées (et pas avant, parce qu’on ne vit pas avec un homme avant le mariage).

 

 Moment Culture  pour celle qui ne savent pas ce qu’est un trousseau : c’est le nécessaire que doit apporter la jeune mariée, une sorte de dot. Généralement c’est du linge de maison.

 

Ça semble bête, et je savais très bien que je vivrais certainement avec quelqu’un avant de passer du côté obscur, mais j’ai adoré savoir qu’elle le faisait. Et puis j’ai été bien contente de l’avoir quand je me suis installée seule (finalement elle à compris que je n’ attendrais pas le mariage) … En plus c’est vintage ! Bon dès fois un peu trop.

Bref, Mamie Marie elle avait ses défauts, elle était souvent chiante avec son caractère de merde; mais bordel, qu’est ce qu’elle me manque dès fois. J’ai heureusement encore ma Mamie J., mais elles sont tellement différente (même si de la même génération) que ça serait comparer les années 10 aux années 60.

 Et toi ta grand-mère, c’est le genre à donner des conseils ? Quels sont les “pires” qu’elle t’as donné ?

 

Comments

commentez