Ah la la, qu’est ce que j’aimerais que cela soit aussi simple; une petite annonce sur le bon coin et hop ! débarrassée de ma thyroïde de merde et de mon lévothyrox.

C’est pas vraiment un truc dont j’aime parler, mais un article parut il y a quelques semaines m’a fait sortir de mes gonds ; du coup je me suis sentie “obligée” d’écrire un billet. Je n’aime pas en parler parce que les gens ne comprennent pas (sauf ceux qui en souffrent); ils ne considèrent pas ça comme une maladie ou comme quelque chose d’handicapant ; et pourtant …

Je souffre d’hypothyroïdie; je ne savais même pas ce que c’était avant de taper mes symptômes dans google et de tomber sur wikipédia.


Il y a maintenant six ans, j’ai senti qu’il y avait un truc qui merdait avec mon corps. J’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’un simple dérèglement hormonal, donc j’ai été voir ma gynéco, qui n’a rien trouvé de louche.

Les mois ont passés, j’ai commencé à prendre du poids … j’ai mis ça sur les petits écarts des derniers jours.. J’étais fatiguée, fatiguée au point de m’endormir à peine les fesses posées sur le canapé; mais j’ai mis ça sur le compte du boulot. Et encore d’autres petites (ou pas) choses mises sur le compte de la fatigue, dès règles, du stress, du temps, de la saison, de la mauvaise humeur et j’en passe et des meilleures !

Puis un jour en me pesant je tombe sur le dos (façon de parler hein), j’ai pris 16 kilos ! Seize kilos en quelques mois, sans manger plus et en ayant plus d’activité physique. Moi qui ai toujours été super mince, qui ai toujours pu manger de tout sans prendre un gramme … là y a un soucis. En y réfléchissant bien il n’y a pas que ça : la fatigue, et puis j’ai froid tout le temps alors que je n’ai jamais été frileuse …  Et ces pensées, cette baisse de moral, c’est pas moi, pas à ce point là …

Je décide donc d’aller voir mon généraliste, je lui parle de ma prise de poids et de ma fatigue. Il me dit que c’est parce que je viens de m’installer avec Monsieur B., que mes habitudes ont du changer. Que la fatigue doit être due au boulot, et le reste ? A des crises de spasmophilie … (j’ai toujours pas compris le rapport).

Je ressort de là pas convaincue du tout, et c’est à ce moment là que je décide faire des recherches sur internet … sans grande conviction, je vous l’avoue. Et ces recherches m’amènent à penser que c’est peut être un problème de thyroïde. En regardant les symptômes, je n’ai plus de doute; j’ai enfin trouvé ce qui cloche chez moi !

Rendez-vous pris avec un endocrino, prise de sang faite, Hypothyroïdie confirmée. Je vous passe mes déboires avec les endocrinologues et la galère pour en trouver un bon, impliqué et qui soit à l’écoute (c’est la troisième qui fut la bonne).

Mon ami, pour la vie

J’ai donc commencé mon traitement, un petit cachet à prendre tous les matins, à vie. Des prises de sang régulière pour vérifier mon taux TSH et des échographies pour vérifier l’évolution des mes nodules. Bon, ben j’ai carrément vu la différence ! Je suis redevenue comme avant; enfin à quelques bourrelets près.

Comme je te l’ai dit plus haut, je souffre d’hypothyroïdie, et manque de bol c’est celle qui fait grossir ! Le problème, c’est que même avec le traitement je n’ai toujours pas réussi à perdre mes kilos en trop. Les régimes ? ça ne marche pas. Une méga grippe carabinée ? ça ne marche pas. Une grossesse et des vomissements pendant 3 mois ? ben non plus. Là où ma sœur à réussi à perdre 7kilos; moi j’en ai pris un.

Ce qui est dure avec cette “maladie” c’est le regard des gens et les clichés. Elle est grosse donc elle s’empiffre. Non, elle est grosse parce qu’elle est malade ; elle n’a pas choisi et elle donnerai tout ce qu’elle peut pour redevenir comme avant. Et encore, ça ce n’est qu’un symptôme.

Parce que les problème de thyroïde c’est aussi des comportement dépressifs: les idées noires, ne plus avoir envie de se lever le matin … Des comportements agressifs: parler mal au gens qu’on aime, sans vraie raison, se culpabiliser, être culpabilisé … Une très grosse fatigue : avoir tout le temps envie de dormir, ne plus rien faire … Des trous de mémoire, un manque de concentration, des difficultés à réguler sa température (le peignoir en plein été, alors qu’il fait 28°c dans l’appart, check), les yeux gonflés le matin, moins de cheveux (bon moins de poils aussi), la libido à zéro … Ça fait rêver non ?

Même ma famille n’a pas compris, ou essayé de comprendre. J’ai eu des remarques sur ma prise de poids et sur mon comportement, des remarques qui m’ont fait pleurer. Ben oui voyons, elle à bon dos la thyroïde ! Si je réagit comme ça, c’est que je suis comme ça. Ça fait plaisir.

Allez ok, y a bien plus grave dans la vie. Mais bon, oui c’est gênant, oui c’est handicapant dans la vie de tout les jours à la maison, comme au boulot, et oui c’est la merde quand on oublie notre traitement.


Alors, qui veut bien échanger la sienne contre la mienne ?

Comments

commentez