La réforme des rythmes scolaire j’étais contre dès le départ, mais le gnome n’ayant pas été concerné l’année dernière, j’attendais de voir.

En septembre, il est rentré en moyenne section. Jusqu’au jour de la rentrée, nous ne savions pas ce qui avait été mis en place dans notre commune : quelles activités périscolaires ? gratuites ou non ? qui va encadrer nos enfants ?

Rien.Nada.Niet.

Les horaires, eux , avaient été annoncés : ils termineraient 30mn plus tôt le matin (11h3O au lieu de 12h) et idem le soir (16h au lieu de 16h30). Surement pour avoir le temps de mettre en place les activités ? (bien que 30mn ça me paraissait un peu juste)

 

sa rentrée en moyenne section

 

Mais que nenni !

Il s’est avéré que rien n’avait été mis en place. A 16h, tous les enfants qui ne pourraient pas être récupérés par leurs parents, seraient dirigés vers la garderie. On à donc décidé, puisque nous le pouvions, de ne pas l’y inscrire.

Pas de danse, de théâtre, de foot, d’activités manuelles, scientifiques ou créatives … rien, juste des heures de garderies. Ils finissent donc 30 minutes plus tôt, pour rien.

PAR CONTRE, le mercredi matin, il y a bien école.

Autre surprise, en moyenne section les enfants ne font plus la sieste. Par manque de place, les dortoirs sont réservés aux tout petits. Nos grands enfants ont juste un temps calme après la cantine : ils s’allongent sur des tapis pendants 30mn, mais ne doivent pas dormir. Si cela arrive, ils sont réveillés au bout de ce laps de temps pour être envoyés en récréation avec les autres.

Youhou !

C’est sa première année en journée complète, et jusqu’à la rentrée il faisait des siestes, TOUS les après-midi, de deux heures en moyenne.

J’ai vite compris pourquoi je récupérais un Balrog, tous les soirs, à 16h.

On à tenté la semaine complète

Nous avons donc tenté, malgré la fatigue déjà présente, la semaine complète. Il n’a pas compris, pourquoi ce jour là, il ne restait que le matin. Il à cru qu’il n’allait plus à la cantine (il n’est pas super fan), ce qui nous à valut une belle crise de larmes le lendemain et le surlendemain.

Le jeudi, il commençait à s’endormir sur le canapé, vers 17h. Plusieurs soir d’affilés, il a désiré aller au lit sans manger (avec juste un bibi dans le ventre).

Il n’est apparemment pas le seul. Nous avons appris par la maitresse, que les débuts d’après-midi sont difficile pour tout le monde : certains s’endorment sur les tables, pendant les activités etc …

Et le programme du mercredi ?

Jeux de société, reprise des activités non terminées … et PEUT-ÊTRE, au cours de l’année, la mise en place d’une initiation à l’anglais.

Ça vaut le coup de le lever, non ?

C’est donc pour ces raisons, et puisque je peux (pour le moment) me le permettre, qu’il ne va pas à l’école le mercredi.

Comments

commentez